No War - No Refugee
No NATO - No Refugee

Country Information

Here you find background information on Guinea, Iran, Kurdistan, Türkei.

You are here

Déclaration de Lampedusa en Hambourg concernant des affaires actuelles en matière de notre politique:

Discours en question de la violence



Nous aimerions bien profiter de l’occasion pour parler de la violence parce que, comme réfugiés de la guerre en Libye, nous avons été victimes d’assez violence.

La brutale intervention de l’OTAN nous a pris tous ce que nous avons aimé. Nous avons perdu nos familles, nous avons perdu toutes les choses de nos vies passées. Nous étions confrontés avec la violence dans la Méditerranée, et beaucoup entre nous sommes morts dans l’océan. La violence inhumaine de l’injustice a continué en Italie où nous avons vecu sous des conditions physiquement et psychiquement ravageuses. Et vivre sur les routes d’Hambourg, être appellés des criminels, être privés les droits de l’homme élementaires, être chassés par la police comme des animaux – tout cela c’est aussi de la violence. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est guérir des expériences violentes et traumatiques dont nous avons souffert; nous avons besoin de l’opportunité de reconstituer nos vies.

Alors nous demandons tous de regarder la question de la violence d’une perspective plus large, cela amène nous tous plus proche à la verité.

Nous membres du group LiHH et nos supporteurs croyons que la meilleure manière de gagner nos buts sont des protestations paisibles.

Nous apprecions nos supporteurs avec reconnaissance; des femmes, des hommes, des étudiants et même des jeunes enfants de l’école qui sont vénus ensemble avec nous pour des actions communes de solidarité. Sans l’aide de nos supporteurs nous serions morts sur les routes d’Hambourg, mais aujourd’hui Lampedusa en Hambourg est devenu un mouvement de protestation paisible des dizaines de milliers personnes.

Nous voulons souligner que, malgré le grandeur de nos manifestations, il n’y a pas eu des cas de crime ou de violence. Cela montre la discipline, l’auto-contrôle et la force de notre mouvement de protestation paisible. Violence dans les rues n’a pas été commis par des membres de Lampedusa en Hambourg. La violence est apparue comme réaction à la violence étatique. Il y a des personnes qui sont frustrés par la politique et par la pratique de l’état. Nous partagons les mêmes frustrations, mais nous avons des avis différents concernant la question quelles sont les meilleures manières de gagner nos buts.

Il s’est passé encore et toujours qu’on nous a donné la responsabilité pour des actions faites au nom de nous, et qu’on nous a demandés de contrôler ou arrêter cela. Nous voulons préciser une chose : C’est impossible pour nous de forcer la discipline chez tous les protestaires différents. Et aussi nous pensons que c’est bizarre de nous demander de solutionner des problèmes que nous n’avons pas provoqués – ces groupes sont partie de la societé allemande, ils expriment leur fureur comme ils l’ont fait toujours, longtemps avant que Lampedusa en Hambourg a existé. Nous réfusons être responsibles pour leurs actions.

Il nous faut faire encore une remarque en question de la violence: parts du gouvernement et de la police sont apparemment intéressés de porter de la violence dans nos manifestations hebdomadaires. Depuis trois semaines il y a plusieurs et plusieurs policiers qui entourent nos protestations paisibles. La dernière manifestations ils ont même appliqué des chiens policiers, qui ont aboyé aux manifestants agressivement. La gendarmerie mobile est partiellement marchée en contact physique avec les participants. Nous devrions interrompre la manifestation pour clarifier la situation dégénérée. Plus tard au chemin, un manifestant a escaladé le barrage construit par la police, il se sentait provoqué par les chiens agressifs.

Bien qu’il n’était pas un danger pour les douzains des policiers derrière le barrage, un policier a libéré son chien et celui-là a attaqué le manifestant. Les autres manifestants protestaient fortement et la police a réagi en appliquer aérosol poivré et les matraques.

Depuis plus que sept mois nous protestons déterminément et paisiblement. La police sait ça le mieux. Mais le sénat refuse encore et toujours s’exécuter nos exigences justifiées et soutiennes par des milliers des Hambourgeois. Maintenant il semble que le gouvernement Hambourgeois veut dissiper l’attention publique de notre situation catastrophique et notre lutte pour la justice, et au lieu de cela il veut dessiner un image de nous comme des violents. Et cela bien que ce sont eux qui font de la violence contre nous en nous refusant de constituer une nouvelle vie. L’intention derrière cela est très apparente: ils veulent faire de la peur aux personnes de joindre nos protestations, ils veulent criminaliser les participants des manifestations, et ils veulent dissiper de l’objet politique de nos manifestations.

Nous sommes sûr: À notre quatrième manifestation dans le temps de Noel, prochain samedi (21.02.), encore des provocations prenaient place, à cause du déploiement massif de la police, appliqué par le gouvernement comme réaction à la mobilisation pour le centre de culture „Rote Flora“. Mais nous ne leur laissons pas se jouer de notre protêt. Alors nous allons faire, au lieu de la manifestation, seulement une ralliement - à 12 heures à la tente de protestation. Tous les supporteurs sont bienvenus!
Local group: 
Campaign: 
Language: 

Der Kampf von Flüchtlingen braucht Geld!

Die Karawane ist maßgeblich auf Spenden angewiesen. Unsere Organisation besteht überwiegend aus Flüchtlingen, die (wenn überhaupt) nur über sehr geringe finanzielle Mittel verfügen. Aus diesem Grunde haben wir 2008 den „Förderverein Karawane e. V.” gegründet. Unser Verein ist als gemeinnützig anerkannt und kann deswegen auf Wunsch Spendenquittungen ausstellen, so dass sie steuerlich absetzbar sind. Wenn bei der Überweisung die Adresse mit angegeben wird, verschicken wir die Spendenbescheinigung automatisch spätestens am Anfang des Folgejahres.

Kontakt: foerderverein(at)thecaravan.org

Unsere Bankverbindung lautet:
Förderverein Karawane e.V.
Kontonummer
: 40 30 780 800
GLS Gemeinschaftsbank eG
BLZ: 430 609 67

IBAN: DE28430609674030780800
BIC: GENODEM1GLS

Events

M T W T F S S
 
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
 
 
 

Syndicate

Subscribe to Syndicate